J'ai des madeleines de Proust olfactives ! Vous voyez si vous me collez dans le tarin une fragrance d'andouillette subtilement mélangée à du lilas et ben paf je pense à mon ancienne voisine Lucienne qui turbinait chez un charcutier traiteur . On l'avait surnommée Lulu la catcheuse rapport à son gabarit mais c'était la crème des femmes , toujours un bombec à la lavande à coller dans le bec des mômes quand elle en croisait  !

Pis il ya cette autre senteur , cet habile mélange de cire fondue, de pizza et de sueur. Un peu comme si maya l'abeille avait becqueté du pizza hut dans un vestiaire de gymnase ! L'odeur du jeux de rôles ! Combien de soirée passées sur la terre du milieu, en Bretonnie, sur Athas ou dans le monde des deux lunes... Ah le monde des deux lunes , bordel Elfquest !

Et ben figurez vous qu'une maison d' édition naissante , en l'occurrence Snorgleux Comics, a les glaouis de nous ressortir le premier arc de cette merveille du comics , allez allons-y franchement , de cette œuvre carrément culte !!

Elfquest_couv_1bis

Bon je fais péter la petite brioche au chocolat !

Il y a des générations de cela, une cité Elfique est apparu dans le ciel d'un monde ou l'homme en est toujours à sa préhistoire. Pourtant doté d'une grande puissance magique, les elfes vinrent à la rencontre des humains …. Qui les massacrèrent , forçant les survivants à fuir dans la nature dans ce monde hostile.
Bien longtemps après , les elfes ont perdus leur savoir, sont retournés à l'age de pierre et vivent en tribus éparses. L'une d'entre elles, les Wolfriders est contrainte de fuir sa forêt refuge encore une fois à cause des humains qui y foutent le feu avec le même manque de bon sens que Donald Trump signant des conneries !

Dès lors va commencer pour Cutter, le jeune chef de tribu et les siens une errance qui va les mener des cavernes des trolls à un groupe d'elfe du désert et dont les mœurs sont mystérieux.Au cours de cette aventure, on va croiser des personnages complexes et tout sauf manichéens.

Bon déjà il faut savoir que Elfquest est l’œuvre d'une vie d'auteur, et même d'un couple d'auteurs ! Wendy et Richard Pini sont d'authentique geek et ils l'étaient à une époque , les années 70,ou ça pouvait te valoir une soupe à la phalange servi par des décérébrés dont le quotient intellectuel est inférieur à la température rectale !

Screen-Shot-2014-02-03-at-2


Rien que leur histoire d'amour a commencé dans un comics ! La belle Wendy, en plus d'écumer les conventions cosplayée en Red Sonja, participe activement au courrier des lecteurs de Marvel. C'est en la lisant que Richard , un éternel rêveur qui étudie l'astrophysique, va tomber amoureux de sa belle ! Lorsqu'ils se rencontrent enfin, c'est au delà du coup de foudre , c'est l'union de deux âmes sœurs ! Un thème que l'on retrouve d'ailleurs dans les liens qui unissent certains personnages.
Ensemble (elle dessine et ils co-scénarisent), ils rêvent de mondes fabuleux et vont finir par créer e 1978 le monde d'Elquest , univers qui paraît toujours à l'heure actuel faisant de cette série une de celle avec la plus grande longévité !

Un monde ou les elfes ne sont pas aussi romantique que ceux de Tolkien (gloire à son nom d'ici à Valinor) non nous sommes face à un peuple retourné à la nature et à sa sauvagerie. Ces elfes ne sont ni bons ni mauvais mais juste barbare ! La ou le grand JRRT nous conte la fin d'un monde, le passage à l'âge des hommes, les Pini nous offre un nouvel éveil des elfes bien plus réussit que celui de la Force. En terme d'ambiance, nous sommes en fait plus proches du film Dark Crystal. Bien sur la magie est présente mais c'est une magie diffuse issue des brides de savoirs anciens autrefois puissants ! Grandeur et décadence ou comme dirait mon pote Dédé du Balto : «  choux fleur et flatulence » !

Graphiquement , le trait est un peu cartoony mais pas trop. En fait, suffisamment pour être féerique mais pas assez pour être infantile. D'ailleurs, ce choix fait que le dessin a très bien viellit et ce même ce premier arc date des années 70. Alors ne le nions pas , il y a un petit côté Franco-belge mais les planches sont dynamiques et les enchaînements de cases typiquement comics ! Cette édition passe le cap de la colorisation avec brio. Les tons bien qu'un peu pastels permettent l'expression de jeux d'ombre vraiment maîtrisés et qui participent pleinement à l'expression des émotions des personnages. Les décors sont simples mais pas simplistes contribuent pleinement à une ambiance toute particulière et pourtant si familière..

EQAH1Page72

C'est un univers de fantasy d'une incroyable richesse que nous propose les déglingos de Snorgleux comics et chapeau bas les gars ! On voit qu'on a affaire a des passionnés rien que dans les choix d'édition. Bon déjà les gars tiennent LE comic shop Marseillais et sont investis dans la sphère du comics Français , on peut dire que ça sentait bon de les voir se lancer dans l'édition ! Et ils ne nous ont pas déçu les bougres !! Un ouvrage de très bonne facture au dos solide et à la couverture soignée qui reprend les épisodes 1 à 4 de « Elfquest : the original quest » ! Donc oui un Parisien salut le travail de ses cousins Marseillais (Je vais pas leur donner du frangin faut pas déconné) !

Clairement, pour tout amateur de fantasy ne pas avoir cet ouvrage mérite qu'on lui coince les parties génitales dans un coin de porte !